3. Les journalistes adorent les témoignages

Certaines personnes peuvent témoigner de ce qu’elles ont vécu.

Recueillir leur parole est très apprécié, et cela change du discours officiel des élus et des dirigeants.

Pour inciter les médias qui diffusent des programmes en langue régionale à participer à votre conférence de presse, faites aussi en sorte d’avoir autour de la table une personne qui parle la langue (et qui s’exprime aisément devant les micros et les caméras).

Sur l’invitation, n’oubliez pas non plus de laisser un ou plusieurs contacts (téléphone fixe, téléphone portable, mail, réseaux sociaux) pour les journalistes qui ne peuvent pas se déplacer et qui voudront vous joindre ultérieurement car votre sujet les intéresse.

● Minimisez les temps de déplacement

Vous pouvez organiser la réunion dans vos locaux (c’est une manière de montrer où et dans quelles conditions vous travaillez), dans un amphithéâtre (pour la vidéoprojection par exemple), mais aussi dans un endroit neutre (salle de réunion d’un hôtel, ou dans un restaurant si vous avez choisi d’inviter les journalistes à déjeuner).

Nous reparlerons du déjeuner de presse plus loin.

L’idéal est d’opter pour un lieu central, qui convienne à tout le monde en terme de temps de parcours, mais c’est compliqué…



Le programmateur d’un centre culturel m’expliquait un jour que les « journalistes spécialisés » des quotidiens de la grande ville, distante d’une quinzaine de kilomètres seulement, assistaient très rarement aux conférences de presse qu’il organisait.

Faisant contre mauvaise fortune, bon cœur, il avait du s’adapter et fixer ses rendez-vous dans une salle de bar-restaurant facile d’accès pour eux, à deux pas de leurs rédactions, mais bien plus impersonnelle.

Les rédactions de la presse audiovisuelle (quand elles se déplacent, donc) sont principalement situés dans les grandes villes. Il faut par exemple près d’une heure pour une équipe de télévision pour rejoindre Brest et Quimper…

Et n’oubliez pas que les frais de route sont à la charge des rédactions et que l’heure est aux économies pour beaucoup de médias (sans parler de la pollution).

La voiture est très utilisée par les journalistes de province, et peu pratiquent le covoiturage entre collègues. Reviendra-t-on vous voir si on a du mal à se garer ?

● Pensez aux facilités de parking

Vous pouvez fournir un plan d’accès ou les coordonnées GPS, et accrocher des panneaux indicateurs si le lieu de la conférence de presse est délicat à trouver.

Une personne chargée d’attendre et de guider les journalistes sur place est toujours la bienvenue. Si la rencontre a lieu sur une exploitation agricole, vous pouvez rappeler de prévoir des bottes.

● Prévoyez une pièce bien insonorisée



Pour les radios et TV, rien de pire qu’une voix qui résonne au micro ! Le bar du coin à l’heure de l’apéro est aussi à éviter…

Pensez aussi à la lumière (pour les photos et les images) et aux prises de courant facilement accessibles (même si le matériel d’enregistrement fonctionne sur batterie, on n’est jamais à l’abri d’une panne).

● Le bon jour et le bon horaire

Le matin vers 9h (en général), les journalistes font le point sur les sujets qu’ils devront traiter dans la journée (première conférence de rédaction).

Alors, si vous ne pouvez faire autrement, évitez de les convier à une conférence de presse à ce moment-là.

Le milieu de la matinée (après 10h30) constitue le moment privilégié, sauf que la majorité des réunions de presse avec les journalistes a lieu entre 11h00 et midi.

Et cela, vous n’êtes pas censé le savoir étant donné que seuls les journalistes connaissent leur emploi du temps.

Vous pouvez donc lancer vos invitations pour le début d’après-midi (après 14h00), mais si vous le pouvez, évitez après 17h (tant pis si vous travaillez…)

Les journalistes de presse écrite doivent rédiger leurs articles et ceux des radios locales ou des TV ont un journal parfois en soirée (après 18h).

Vous pouvez également inviter la presse parlée à un moment différent (une demi-heure avant les journaux par exemple).

Évitez les conférences de presse les jeudis et vendredis

Comme ces jours-là sont très prisés, votre sujet est fortement concurrencé.

Si vous avez à l’esprit que de cette façon, on parlera de vous dans le quotidien local du samedi, quand le titre tire le plus, ce n’est pas vrai. Les rédactions peuvent publier quatre ou cinq jours plus tard, en fonction de la date de la manifestation et de la place dans la page.

Et puis, si vous le pouvez, respectez le repos des journalistes le dimanche, si votre conférence de presse peut être organisée un autre jour.

Réussir son interview radio quand on est animateur ou animatrice (Christophe Pluchon)
Réussir son interview radio quand on est animateur ou animatrice (Christophe Pluchon)

● Le cas des vacances scolaires

Vous le constatez sans doute, il y a moins d’information locale croustillante dans les journaux pendant cette période. Ils publient des sujets réalisés très en amont.

N’hésitez pas à communiquer à ce moment-là pour multiplier vos chances d’avoir des représentants de la presse (qui ne sont pas en vacances) à votre rendez-vous.



Share via
Copy link
Powered by Social Snap